Forum des Tricyclecars

Le forum des Tricyclecars anciens et modernes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Motocyclisme 1921 "Le Morgan"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
orangemecanic

avatar

Messages : 1560
Date d'inscription : 10/01/2011
Age : 59
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: Motocyclisme 1921 "Le Morgan"   Lun 9 Juil - 12:57

Motocyclisme
Year 1921
Page 166

--------------------------------------------------------------------------------

"LE MORGAN"
Simple et sûr - Léger et maniable - Pratique et économique.
Si, comme le disait récemment un de nos confrères, le cyclecar français date du vis-à-vis de Dion, on peut écrire que le cyclecar anglais date du Morgan, s'est longtemps limité au seul Morgan et obtient ses principaux succès avec le Morgan.

L'émplacement du moteur

Voici en effet quelque dix ans, en ce même Olympia qui a consacré cette année le triomphe de l'industrie anglaise, apparaissait un nouveau véhicule au profil étrange, presque voiture à l'avant et complètement motorcycle à l'arrière, qui ne comportait qu'une seule roue. Pour n'en pas perdre l'habitude, les grincheux d'alors haussèrent les épaules et prédirent une durée éphémère au cyclecar naissant... un lustre vient de passer et le Morgan est toujourds là, aussi robuste, aussi rapide et aussi apprécié des connaisseurs qu'il le fut alors d'une poignée d'enthousiastes...


La raison de ce succès? Tout simplement le fait d'être resté cyclecar et de n'avoir pas cherché à devenir une voiture en miniature, comme c'est le cas trop fréquent.
A cet effet, les ingénieurs qui ont étudié cette intéressante machine ont visé à:
1. Réduire le nombre de piéces au minimum;
2. Réduire le poids mort au minimum;
3. Abaisser le prix d'achat et le coût de l'entretien;
4. Obtenir un long usage par une solidité exceptionnelle.
Ce programme les a conduits à se rallier les premiers au moteur à deux cylindres en V, dont l'emploi s'est depuis généralisé sur les motos, sidecars et cyclecars d'après-guerre et ne le cède en régularité et en souplesse qu'au mono classique et aux cylindres opposés et à adopter, suivant les types, le refroidisement par l'air on par-l'eau. Cette façon de procéder à un gros avantage, en ce sens qu'elle permet d'obtenir deux variantes, l'une exclusivement utilitaire, avec les ailettes qui exigent moins de soin que les radiateurs, l'autre pour la ville et le tourisme, réservée à une clientèle plus sensible au confort et au luxe.
Dans les deux cas, la puissance est de 9 HP et la marque soit J.A.P., aux innombrables succès, soit M.A.G., dont la réputation n'est plus à faire; l'alésage est alors de 82 millimètres et la course de 103,5.
La disposition du moteur en travers du châssis et en avant donne une accessibilité exceptionnelle de la distribution et des organes auxiliaires, carburateur et magnéto, qui sont l'un à registres d'air et de gaz, l'autre à avance variable, que commandent des manettes, placées sur le volant et la carosserie.

Le transmission à la roue arrière.

La transmission s'effectue par un arbre avec cardan du modèle classique "cône cuir" et que commande une pédale; le cône mâle command par pignons d'angle un arbre auxiliaire parallele au moyen arrière, sur lequel sont montées les deux chaînes commandant la roue arrière, que met à volonté en prise un baladeur à griffe pour obtenir des démultiplications de 4,5 à 1 et 8 à 1, suivant le principe "Enfield".
La roue arrière, seule motrice, à rayons tangents et flasques rapportés a un diamètre de 710 et porte un pneu de 90 m/m; outre les couronnes de chaînes, elle porte deux tambours sur lesquels viennent serrer deux freins à ruban, commandés l'un par levier à main et l'autre par une pédal, elle est à démontage instantanté, sans qi'on ait à toucher aux chaînes.

Le montage de la roue arrière.

Les deux roues avant sont directrices et construites comme la roue arrière, leurs pneus sont des 700 x 85 et leur orientation s'obtient par le quadrilatère de Janteaud classique commandé par volant, vis sans fin, levier et bielle tout comme sur les voitures. Le chassis est en tubes d'acier très léger et extrêmement rigide, suspendue par ressorts à boudins à l'avant et semi cantilever à l'arrière, donnent une très grande douceur et faisant l'objet d'un brevet spécial.
Le graissage est du type classique par pompe semi-automatique.
Les réservoirs contiennent 15 litres d'essence et 2 litres ½ d'huile, suffisants pour environ 200 kilomètres.
Une élégante carrosserie deux places, côte à côte, en tôle et bois démontable en quelques minutes et accompagnée d'un parebrise et d'une capote, donnent une ligne très élégante et intéressant véhicule.
Le poids en est relativement faible: 295 kilograms en ordre de route, aussi la tenue sur terrain gras est-elle excellente et compte certainement pour beaueoup dans la vogue du Morgan.
De la vitesse et de la consommation, non plus que de la maniabilité, ne parlerai aujourd'hui, Motocyclisme devant publier prochainement un compte rendu d'essai de ce cyclecar, qui reste un des plus pratiques de l'heure.

Intéressant à lire, non ?
Le JZR est beaucoup plus lourd, et je ne vous parle pas du new Morgan. Embarassed

A+ Gilles

PS : trouvé sur le net. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Motocyclisme 1921 "Le Morgan"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le plongeur MORGAN DELCOURT
» Michèle Morgan
» April Morgan [Terminer]
» Recensement de 1921
» Guerre du RIF 1921 /1926

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Tricyclecars :: Clin d'oeil aux véhicules du passé antérieur-
Sauter vers: